Prédication du pasteur Virgile Rochat.

Le Baptême du Christ,

13 janvier 2019, cathédrale de Lausanne. Année C, Luc 3, 15-22

 

Pourquoi le Jésus, lui le saint, le juste, lui le Sauveur… s’est-il fait baptiser ?

Vous êtes-vous jamais posé cette question ? Elle peut paraître anodine, mais elle ne l’est pas, le baptême de Jésus en mentionné dans les trois évangiles synoptiques.

C’est quand même étonnant ! On pourrait dire : ou bien Jésus est le Saint, le Juste, le Sauveur et il n’a pas besoin de baptême, ou bien il n’est pas, il a besoin d’être baptisé et il n’est pas le Sauveur…

Ce qui est derrière tout cela est son identité. Ce qu’il est, en soi et pour nous…

 

Posons-nous donc cette fameuse question : pourquoi le Christ s’est-il fait baptiser ?

Et pour commencer l’enquête, il faut se demander qu’est-ce que le baptême de Jean ? 

 

Jean-Baptiste était bien connu en Palestine : le fils d’Elisabeth, le cousin de Jésus. Le fils du grand prêtre Zacharie. Il avait eu une naissance particulière, il avait grandi, était devenu un prophète, un ascète, vivait au désert, se nourrissait de sauterelles et était vêtu de peaux de bêtes. Jean Baptiste avait su capter une inquiétude, une demande profonde qui animait les gens de son époque, un désir de faire juste, de plaire à Dieu, et de revenir à Dieu… « le peuple était en attente » !

 

Et il proposait aux foules de venir au bord du Jourdain, recevoir un baptême, signe de leur repentance, de leur engagement à vivre selon la voie divine…

Et les gens venaient en masse se faire immerger dans le Jourdain.

Jean-Baptiste avait tellement de succès que les foules se demandaient s’il était le messie attendu ?

Et c’est dans ce contexte qu’il fait une déclaration fracassante : « Moi je vous baptise d’eau, mais celui qui vient après moi et plus fort que moi (sandale) lui vous baptisera dans l’Esprit saint et le feu 

Le baptême de Jésus apparait comme le commencement de la Nouvelle Alliance… qui ne sera plus basée sur l’obéissance à la loi et réservée aux juifs, (symbolisée par le baptême d’eau et l’engagement à suivre la loi), mais par le baptême dans l’Esprit, la survenue de la vie divine à l’intérieur des croyants

 

Qui est cet autre donc qui va venir ?

 

Notre texte de Luc nous le dit :

 

21Or comme tout le peuple était baptisé,

Dans la foule, de manière anonyme, à la suite les uns des autres, tout le monde avançait, confessait ses péchés était baptisé. Imaginez donc une file, une queue où chacun avance, et Jésus avançant avec tout le monde…

… et il est baptisé lui aussi, C’est par solidarité avec le genre humain que Jésus se fait baptiser. Le fait que Jésus avance avec la foule, l’un après l’autre, avec ce désir de recevoir le pardon des péchés, ceci dit qu’il se montre totalement solidaire de la condition humaine. Ce n’est pas seulement en naissant d’une femme qu’il s’incarne mais il le fait en assumant toute la condition humaine… jusqu’à. Et y compris la mort.

 

Puis le texte nous dit que, baptisé, il priait.

Il priait. C’est la première action de Jésus chez Luc ! C’est beau !

Et que fait cette prière ? elle ouvre le ciel. La prière comme une force qui ouvre le ciel, c’est bien sûr symbolique, mais l’image est belle.

Et la prière ouvre le ciel non pas pour le prendre d’assaut, mais pour en laisser descendre le St Esprit. La présence même de Dieu !

Et le texte nous dit en effet :

… alors le ciel s’ouvrit :

Quand on prie, le ciel s’ouvre ! la barrière, le plafond de verre entre nous les humains et Dieu se détend, s’efface, non pas pour qu’on l’escalade comme une conquête, mais pour que Dieu lui-même vienne sur terre :  

22l’Esprit Saint descendit sur Jésus

(Il commence par Jésus et il viendra sur tous lors de la Pentecôte) 

 

sous une apparence corporelle, comme une colombe,

Sur Jésus, sous une apparence corporelle, comme une colombe.

Colombe qui rappelle celle de Noé, à la fin du déluge, qui revient avec une branche d’Olivier… signe d’une nouvelle chance, de la paix revenue … Ou celle du Cantique des Cantiques, signe de l’amour… « Viens ma colombe ! ») ou l’image de l’Esprit qui plane sur les eaux lors de la création du monde… Il y a des signes que Jésus vient ouvrir une nouvelle création de paix et d’amour…

 

et une voix vint du ciel : « Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. »

Cette voix atteste la filiation… divine : tu es mon fils bien aimé… c’est une véritable déclaration d’amour du Père envers son Fils, iI y a sept mentions d’une voix divine sur Jésus dans les évangiles ! (elles reprennent le psaume 2 et Esaïe 52

 

mais c’est aussi une déclaration d’amour de Dieu sur chacun de nous les baptisés   

 

Tout cela se déroule lors du baptême de Jésus, mais dit quelque chose de notre propre baptême, comme le dit l’épitre à Tite : 

 

Par le bain du baptême, il nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint. Cet Esprit, Dieu l’a répandu sur nous en abondance, par Jésus Christ notre Sauveur, afin que, rendus justes par sa grâce, nous devenions en espérance héritiers de la vie éternelle.

 

Pour nous aussi la prière ouvre le ciel, laisse descendre l’Esprit Saint sur nous, et surtout, nous fait entendre cette voix qui nous dit à nous aussi : Voici mon fils bien aimé en qui j’ai mis toute ma joie !

Je t’aime comme tu es, tu n’as pas besoin de te faire valoir à mes yeux nous dit le Dieu des Cieux ! Nous sommes aimés sans conditions…

 

 

Voilà, je dirai une partie des éléments que l’on peut recevoir de ce texte. C’est un enseignement traditionnel. Basique, important. Mais je n’aimerais évoquer encore un autre enseignement, moins fréquent, en tous cas dans le protestantisme. Un autre enseignement qui relève d’une grande actualité, d’une nécessité même ! Vous allez voir !

 

 

Je vous lis maintenant une partie d’un sermon de Maxime de Turin, (qui a vécu vers l’an 400, c’était le premier évêque de Turin

 

 

 

Chers amis, si l’on prend conscience au quotidien que l’eau est l’élément central de la vie. Qu’il y en a partout. Que nos corps sont composés à 65 % d’eau, que notre planète, avec les océans le %% ?? si l’on prend conscience que cette eau est en danger, et qu’en même temps cette eau, Jésus l’a sanctifiée en y entrant lors de son baptême…

                                                                                              … alors e moins que l’on puisse dire est que cela change notre regard sur la création toute entière.

 

Comment continuer à dilapider, à polluer, à sur utiliser cette eau… signe de vie

Alors qu’elle est mystérieusement signe de la présence du Christ ?

 

On voit donc le message « écologique » du baptême de Jésus et quand on sait que l’eau potable est déjà et va être un élément crucial de la suite de vie humaine sur terre, on a là un joli défi…

 

A relever au quotidien

 

Amen